Le droit à la vie contre la peine de mort

le-droit-a-la-vie-contre-la-peine-de-mort.jpg

Le droit à la vie prend différente signification selon l’époque et le pays. Autrefois, il s’agit d’un droit de ne pas être assassiné, ce qui implique le blâme de l’homicide. Cette définition a évolué suivant le temps afin de protéger le droit des citoyens. Ainsi, la peine de mort qui était considéré comme un meurtre légal fut contré par le droit à la vie. En effet, les prisonniers, même s’ils ne peuvent plus jouir du droit de citoyen en terme de vote, même s’’ils ont commis une erreur fatale, n’ont pas le droit d’être tué.

La réprobation de l’homicide est tardive

Suivant la déclaration universelle des droits de l’homme, l’homicide est réprimandée pour une application du droit à la vie. La réprobation de l’homicide fut interprétée d’un décalogue chrétien qui dit « tu ne tueras point ». Ce qui donna son sens : ne pas assassiner. Celui-ci s’est alors  traduit par un droit selon quelques circonstances. C’est notamment le cas lors d’une guerre, lors de la légitime défense,  ou encore lors d’une peine de mort édictée par un tribunal compétent. Ce n’est qu’en 1985 que l’homicide fut défendu par l’adoption de la convention européenne des droits de l’homme quel que soit la raison. Cependant, le droit à la vie par la réprobation de cet homicide s’avère un peu tardive vue le nombre de dégâts déjà causé.

reprobation-tardive-de-lhomicide.jpg

Le droit à la vie, la réprobation d’une violence illégitime

Le droit à la vie se manifeste également par la désapprobation d’une violence illégitime. Afin de lutter contre la violence illégale et pour assurer le droit à la vie, ce dernier est soutenu par la loi. De ce fait, quiconque qui commet un meurtre intentionnellement sera mis en arrêt. Une justification légale est par conséquente demandée suite à une violence même si celle-ci s’avère dure. Si toute preuve est jugé acceptable, notamment suivant les articles et lois,  le sujet sera libéré, dans le cas contraire la réprobation est effective. Le droit à la vie est légitime dans de nombreuses circonstances même si son application suscite souvent des controverses.

la-violence-illegitime-et-le-droit-a-la-vie.jpg